CN 2015

Bonjour à toutes et à tous.

Comme promis (mais avec beaucoup de retard), voici mes impressions sur un mois de novembre moins chargé que prévu en écriture et surchargé en émotions.

Bon… c’est incontournable et bien que j’ai tout fait pour l’éviter pour l’instant, quelques mots sur les attentats de Paris. Ils m’ont bloqué dans mon entreprise d’écriture d’atelier. Le thème, sans être totalement lié aux attentats, rentrait fortement en résonance et je n’ai pu m’approcher de l’horreur, même par empathie très lointaine. Seul un texte m’est venu dans la nuit du 13.

Vous le retrouverez ici.

Le thème va rester en suspens. Un autre prendra toutefois le relais très prochainement.

Venons en maintenant à ce que je vous avais promis : les infos et ressentis sur les deux concours de nouvelles entrepris en ce mois de novembre.

Ma vie sur Facebook a offert à ses participants un mois supplémentaire, malgré tout, j’ai tenu à finir la nouvelle hier soir (sans m’interdire de la modifier dans le mois à venir). Si l’idée de base m’est apparue assez rapidement (début novembre), le temps de maturation fut long. Une première tentative d’amorce aux alentour du 10, une seconde quelques jours plus tard, toutes deux infructueuses — puisqu’aucun de ces deux manuscrits ne fut relu le jour du véritable grand saut —, furent très utiles.

Une petite explication est sans doute nécessaire. Moi qui aie très longtemps considéré que les écrits devaient couler de source, qu’il suffisait d’attendre les épiphanies (toujours trop rares), je me suis rendu compte qu’elles ne viennent qu’à force de penser et repenser, de tourner et retourner le sujet et les idées qui frappent votre caboche. Mettre quelques phrases sur un bout de papier contribue à augmenter les fréquences de ces moments privilégiés. Consciemment ou non, on se rend bien mieux compte de ce qui marche, de ce qui pose problème, de ce qu’il faut revoir…

Enfin, ce temps long de décantation fut particulièrement utile dans la conception de la chute : ce moment si délicat de la nouvelle qu’il faut savoir amener assez subtilement pour surprendre le lecteur tout en semant quelques indices pour que le lecteur comprenne la progression du récit. Et bien, le travail de la situation, du caractère et de l’état d’esprit du personnage principal m’a fait imaginer de nombreuses fins possibles pour en choisir une qui ne me ressemble pas. Quelque chose qui est loin d’être novateur, mais en même temps quelque chose que je n’ai jamais lu (je ne suis pas un grand lecteur malheureusement), ni écrit jusqu’à présent. Le style dans lequel tombe cette chute (hahaha) m’a réellement surpris. Mais en même temps c’est ainsi que ce texte me plait pour le moment… Parfois il faut savoir céder à ces créations après s’être longuement questionné j’imagine!

J’ai encore un mois pour la retravailler, et je referai un point sur les évolutions qu’elle connaitra une fois que je l’aurai envoyée.

En ce qui concerne 48 heures pour écrire :

l’expérience est complètement dingue. Ceux qui ont déjà écrit pourront sans doute s’en rendre compte, 48 heures pour écrire une nouvelle est un pari fou, d’autant plus lorsque l’on travaille 9 h sur ces 2 jours…

J’ai découvert le thème vendredi à 19h01 en quittant le travail (sous le regard bienveillant de ma chez occasionnelle) : l’espoir. Après un soupir de déception et une amère pensée « Tiens, les attentats de Paris sont passés par là. » J’ai pris le métro pour rentrer chez moi. Un repas et une soirée sans écriture pour les premières heures de ce sprint. J’ai préféré prendre mon temps, réfléchir. J’ai continué ce petit jeu le lendemain au travail, et au fur et à mesure que les idées venaient, mon récit se construisait. Sans jamais citer l’espoir, j’ai essayé d’en faire une pyramide, de voir les espoirs grandir chez les quelques personnages, puis mourir pour en faire naitre d’autres. De la presque subtilité à mon gout, mais en un si court laps de temps, ne me sentait pas faire mieux. Finalement, samedi soir à 21 h (après une grosse pizza) je prends la plume et j’écris. Je reprends les quelques lignes éparses écrites lors de ma pause déjeunée. J’écris encore en encore, j’efface quasiment tout, je médite pour revoir tout ça, et je reprends le clavier ou la plume en fonction de mes envies. Après quelques heures de sommeil et une pinte de café, je me remets à mon ouvrage. Quelques lignes. Encore quelques-unes. Une nouvelle idée. Quelques retours en arrière pour introduire en douceurs les nouveaux événements. Et finalement, je me retrouve face à une chute digne de ce nom. Mon texte est assez court, mais j’en suis assez fier pour le considéré comme abouti. Je le montre donc à ma première lectrice dimanche vers 17 h (soit deux heures avant le rendu) et après quelques modifications (par peur de trop expliquer au lecteur, il m’arrive souvent d’être difficile à suivre) et D’INNOMBRABLES corrections orthographiques, j’ai pu envoyer mes 2 pages Times New Roman 12, interligne simple à 18h24.

Soyons honnêtes, c’est la deuxième nouvelle que j’écris dans ma vie, le deuxième concours de nouvelles auquel je participe et je ne m’imagine pas faire partie des dix lauréats (mais la nuit je rêve un peu parfois…) mais j’espère sincèrement apparaitre dans les 500 nouvelles classées par le jury.

Bref, deux expériences d’écriture diamétralement opposées, la première est encore en cours, et m’a permis, avec le temps de m’adonner à un style qui est assez loin du mien habituellement. Le second est plus proche de ma « zone de confort ». Ça semble assez logique et pourtant j’étais près a parier, il y a un mois, que l’inverse se produirait, que l’urgence me ferait sortir de mon univers pour coller au plus près du thème et que la nouvelle « à long terme » me permettrait d’approfondir un style qui me tient à cœur. Je suis ravie, différemment certes, de ces deux expériences. Il est évident maintenant que je participerai à une dizaine de concours par ans (je m’avance beaucoup là non ?) et je partagerais chacune d’elle avec vous !

À bientôt dans la catégorie résultat !

<créativement3

Réflexions

Les sirènes commencent à s’espacer. La voix d’une femme les a couvertes pendant cinq bonnes minutes. Elle semblait être loin, j’entendais très faiblement son cri strident qui écartelait les murs pour avertir le monde : « L’horreur rôde dans le quartier. Un être cher est mort. Pitié, sauvez les vôtres. »

Ce n’est que le début d’une nuit sans fin pour Paris. Après les sirènes post-faucheuses qu’enveloppe la connerie médiatique viendra le bruit sourd. Il campera des jours, des mois, des années. Le brouhaha de vieux types adipeux, d’endimanchés de la semaine, animés d’une exclusive passion pour leur triomphe public. Femmes, hommes, politiques, journalistes, universitaires ou quidam trouvant oreilles, ils hausseront la voix en prononçant « peur », traineront sur « Islam » et marqueront cette pause, calculée, froide et banale, avant « terrorisme ». Des mots à nuages, répétés pour enfumer la chaire à croissance qui croupit dans la fange polluée.

Jouer des émotions, ces choses dont on ne vous parle jamais et, par lesquels on manipule.

Terminer, une fois pour toutes, le travail post-soixante-huitard qui a arraché aussi lentement que minutieusement les idéaux de nos parents rêvant naïvement d’un autre monde. Les nôtres (d’idéaux) poussent sous vide, sous contrôle domestique pour ne pas trop grandir et sont canalisés sans pour autant se tarir.

Les rêves révolutionnaires, ceux de conquêtes spatiales, de vie oisive, heureuse dans un coin reculé fanent dès le secondaire. La concurrence scolaire, la force normative broient les esprits et les aspirations. Seuls les « fils de » et quelques privilégiés biologiques ont la chance de voir loin. Le troupeau lui se contentera du carré d’herbe voisin, de cinq semaines de vacances par an dont il enjolivera le récit par habitude de la traditionnelle concurrence de bergerie.

Enfin les égarés, les lâchés du groupe, les lynchés des profs, ceux dont « on ne sait plus quoi faire » prendront le chemin de la débrouille et des méfaits, se lovant en loup sur le flan des ressentiments envers ce troupeau moqueur qui ne l’a pas attendu, qu’ils ont vu s’éloigner petit à petit. Sans diplôme, et dans un monde économiquement résigné à la loi du N.A.I.R.U (où une licence offre quelques emplois payés à peine au-dessus du SMIC), il se peut qu’ils prennent la première porte ouverte ; celle qui les éloigne radicalement des monstres de leur enfance qui suivirent les enseignant et ne se retournèrent que pour se réjouir de ne pas être les derniers.

Je suis un pur produit du système français, dont beaucoup de fascisants se revendiquent aujourd’hui, fière de cette « noblesse de naissance ». J’ai grandi en France et ai subi ses déformations sans jamais en être demandeur. Aucun pouvoir ne m’a été donné, même à la majorité. Aucune élection ne m’a donné de droit de regard sur les actes du candidat élu. Pourtant je suis français. C’est ce que disent mes papiers et en ces temps troublés je devrais me sentir plus français que jamais, vibrer de toute mon âme pour la « patrie » touchée en son sein. Parce que des inconnus porteurs de cette même carte sont morts à quelques centaines de mètres de mon corps bien vivant.

Non. Je ne suis pas plus français en cette nuit du 13 novembre qu’en celle d’avant. Je me sens bien plus proche du Syrien d’il y a quelques mois maintenant, celui qui n’avait jamais vu l’horreur, qui l’entendit pourtant, qui savait qu’il n’y était pour ni n’y pouvait rien mais culpabilisait. Devant son impuissance à avoir pu prédire, à avoir pu agir, ou à pouvoir enrayer ce vicieux cercle d’horreur qui ne fait qu’avancer.

Demain, la colère grondera. Le ressenti gonflera tous les camps, fera grimper la haine et annihilera l’espoir. Si vous n’en êtes pas déjà convaincus, écoutez politiques et journalistes, surfer sur la grande vague funeste pour grossir le nombre des yeux, des oreilles, de bulletins qu’ils captivent. Plusieurs humanités sembleront sortir de l’ombre et tous voudront nous faire croire qu’elles ne viennent pas du même soleil.

Demain, la COP 21 aura lieu, et la seule survie de tous les chefs d’État signera son succès, même si rien de décisif n’est entrepris pour celle du reste de l’humanité.

Notre civilisation, globalisée, intriquée par la concurrence dans cette grande course au capital qui n’aura jamais de ligne d’arrivée, n’offre aucune alternative. Les larmes des proches et le sang des victimes n’attiseront que les haines et les guerres partisanes stériles.

Demain, une colère singulière grondera en moi. Elle sera dirigée contre les responsables de cette nuit d’effroi, qui commença dès la chute d’un mur. Je ne peux me résigner à haïr bêtement ces âmes perdues qui creusèrent, à leur insu, le fond de la bêtise et de l’horreur humaine. Ce sont les pouvoirs politico-économiques de France, imbriqués dans le système-monde, théorisant le « taux acceptable » des décrochages scolaires, de souffrance au travail, de chômage, de pauvreté, d’exclusion, de ségrégations que j’exècre. Des semeurs de vent, indignés de leurs tempêtes. Je ne haïrai personne et me forcerai à embrasser toute l’humanité, du facho au barbu en passant par le dirigeant corrompu. Je vous encombrerai d’un amour diluvien au goût amer jusqu’à ce que vous renonciez à l’enfermement dans vos réalités, jusqu’à ce que vous vous rendiez compte que l’empathie est la clef pour pouvoir vivre en paix et laisser s’épanouir l’univers infini des réalités juxtaposées.

IMG_0373

CN 2015, Textes courts

Ça fait un petit moment que j’y pense… En réalité, ça fait plus de 8 ans que je passe régulièrement sur le site pour me tenir au courant des concours organisés, et que je rêve de me lancer. Après une unique tentative en février 2015, j’ai décidé, en cette fin d’année, de m’y mettre sérieusement.

Je n’ai actuellement absolument pas le temps d’avancer dans des projets de livre qui demandent un travail très régulier, mais ça viendra, et je vous tiendrais évidemment au courant!

Pour l’heure, je vous propose de me suivre sur deux concours de nouvelles :

• Ma vie sur Facebook : auquel je me suis inscrit il y quelques jours, et qui me demandera un mois de travail (acharné je l’espère!)

• et le plus fou, 48 heures pour écrire d’édilivre pour lequel je couperai toute vie sociale (hormis le boulot alimentaire…) du vendredi 20 novembre 19h au dimanche 22 novembre à la mêm e heure.

J’essaierai donc, pour ce mois de novembre, d’écrire deux nouvelles, de deux façons totalement différentes tout en conservant l’atelier d’écriture (les textes risquent tout de même d’être plus court) et de vous tenir au courant de la progression et de l’impression pour les deux autres concours.

Voilà, une petite annonce un peu fade et loin d’être littéraire, mais qui ouvre de nouvelles perspectives.

Pour vous remercier de m’avoir lu jusqu’ici, je joins à ces nouvelles un écrit qui a une petite année, rédigé en une dizaine de minutes lors d’un atelier.

Nous étions si beaux, jouvenceaux juvéniles, naïvement idiots. On s’est gavé d’amour, comme si on ne pouvait s’en rassasier. J’avais l’impression de manger des cerises jusqu’à en éclater ou jusqu’à devenir Sumo. Deux sumos gonflés de câlins, de papouilles, de baisés, de passion. Ta façon de me défendre, contre tout et n’importe quoi jusqu’à plonger à corps perdu dans le ridicule… Me recouvrant d’un plaide lorsque je jouais à faire des empreintes d’ange dans la neige ou me promettre de casser la gueule : de l’idiot qui avait klaxonné s tôt, du soleil — avec ces projections rayonnantes —, du vent — s’insinuant sournoisement chez nous en faisant chanter un vieux joint agonisant à la manière d’un signe — ou de quoiconque s’avisant de me réveiller.

Là, tout de suite, c’est à toi que je voudrais casser la gueule. j’aime pas les cons et tu le sais, alors pourquoi en es-tu devenu un ? Tu m’horripiles tellement que je te piétinerais le visage sans scrupule aucun pour ces traits si fins, si délicats. Je t’ai haï d’aller au bout de la rue à droite, je t’ai vu rentrer dans la maison à la porte rouge. Une porte d’allumeuse dont la couleur diabolique ne pouvait abriter qu’une diablesse qui me damait le pion. C’est peut être par crainte de cette Lilith que je n’ai jamais pu m’y aventure, ni même d’y jeter un œil. Et puis tu avais beau être con, me tromper, tu n’en restais pas moins mon mari.

Trois mois que tu y allais deux fois par semaine, et puis deux, parfois trois heures durant. Si seulement, ho mon chéri, mon couillon, pauvre truffe égoïste, tu m’avais laissé franchir le carmin de cette porte pour t’aider à te soigner.

L'Atelier Noracy

Encore un départ visuel…

gulbaba_street__budapest_by_hispanhun-d64g5ra

Nous habitions une petite maison proche du sommet d’une rue pavée étroite et chaotique qui rebute les chauffeurs les plus aguerris. C’était une maisonnette à jardinet et aux nombreuses fenêtres. Un voilage grossier et jauni de nicotine venant préserver l’intimité de ma discrète famille. Ce « quartier » reculé du tumulte de notre grande ville était connu pour la discrétion de ses habitants. Seule la famille Richer, nos voisins mitoyens du bas laissaient quotidiennement exploser le plafond de décibels perçant le silence, couvrant les murmures par éclats de vaisselles et de voix. Ma mère disait souvent qu’à Galaca, les orages tonnaient et les Richer détonnaient.

Je les aimais bien moi les Richer. C’est vrai qu’ils criaient fort, cassaient tout et que la police avait été amenée, par deux fois, à venir calmer les choses. Malgré tout, ils s’aimaient. Je me souviens de la première fois ou la sirène avait recouvert le vacarme ambiant. Je devais avoir huit ans et n’avait pu réprimer ma curiosité. Armé de mon Smith et Wesson en plastique, je m’étais glissé dans le bureau de mon père que seule la poussière habitait. Sur la pointe des pieds pour éviter que le parquet ne me trahisse, j’avais patiemment traversé les trois mètres qui séparaient la porte de la fenêtre voilée. Par esprit d’aventure, j’avais rampé sous le bureau avant de me hisser sur la chaise qui me permettrait d’avoir une vue plongeante sur les héros de mon enfance en action.

Debout sur l’assise, la bouche ouverte pour tenter de garder le contrôle de mes respirations essoufflées, j’ai vu monsieur Richer sortir les mains dans le dos, suivi puis encadré par deux agents en uniforme. Machinalement, je glissais mon pistolet sous l’élastique de mon pyjama. Lorsque mes yeux replongèrent dans la rue, les trois hommes étaient arrivés devant la voiture dont le gyrophare continuait à tourner.

Mon souffle s’est coupé, mes paupières défièrent la gravité pour permettre à mes billes d’enfant d’être sûr de ce qu’elles voyaient : des mains de mon voisin, reliées par les poignées, dégoulinaient de sang. Beaucoup de sang. Plus qu’un enfant de sept ans en avait pu voir jusque là. J’étais pétrifié, par le flot d’images fantasmées qui déferlait dans mon cerveau. Tant de rouge sur ce jean. Sa chemise, ses chaussures : il était impossible qu’il ait appartenu à une unique personne. C’était certain, il avait battu ça femme, cette dame potelée et inélégante qui se plaignait sans arrêt à en faire fuir les gens dès qu’ils entendaient poindre les premières notes suraiguës de sa voix stridente.

Et Miguelito-ciclomotor, leur fils, mon ainé de deux ans et cadet de dix centimètres ? Ce gamin qui devait m’apprendre à courir aussi vite et aussi loin que lui, avait-il réussi à se recroqueviller, à se contorsionner suffisamment pour échapper aux gargantuesques mains de son charpentier de père ? sans doute avait-il essayé, il s’était mis à courir quand la fureur paternelle avait fait volet en éclat le bois ou la faïence de son abri. Avait-il réussi à fuir ou avait-il été saisi ? Battu à sang ? À mort ?
Le claquement simultané de la portière policière et de la porte d’entrée de notre maison m’arrachait aux questions. Traversé par la peur d’être découvert, j’avais couru sans retenue, oubliant la discrétion pour me précipiter dans mon lit, enrouler mon corps dans le drap et simuler grossièrement un sommeil profond sous les yeux incrédules de mon père.

L'Atelier Noracy

Parti très loin pour arriver à cela…  À la base se trouvait cette photo :

shoooooes

Continue de crier, éraille cette voix cristalline qui me crève les tympans jusqu’à l’orgasme acoustique. Monte, et décroche ces aigus qui font vibrer mon cœur de cristal. Plus que quelques tons avant qu’il n’explose en morceau. Redescends dans le graves et fait durer l’instant, distord le temps de tes vocalises et fait moi planer à en oublier le Sud et le Nord, l’amer et le doux, la joie et la rage. Enveloppe-moi de cette mélancolie. Cette connasse qui se drape d’une fausse sagesse, qui nous fait tant rêver et nous donne l’impression de surplomber le monde, de le comprendre entièrement : nicher que nous sommes sur des dogmatismes imbuvables et intenables puisqu’on n’y voit que les orteils du monde.

Encore un peu… Relance encore on y est presque. Tes aigus vont finir par tout faire sauter en moi. Je pourrais enfin vivre le cynisme à la mode. Sortir six fois par semaine, boire pour oublier, et oublier de boire de l’eau, voir des expos sans les regarder, bouffer sans rien gouter, toucher sans ressentir, baiser sans y penser et mon contenter en toutes circonstances d’un « pas mal… ».

Au diable le palimpseste que j’écris et réécris depuis tant d’années. Il faudrait le bruler et recommencer sur du neuf, sur une page blanche. Ou plutôt sur une colorer, une bariolée, ça changerait un peu de cette morosité paralysante, de cette noblesse virginale que nous renvoie ces feuilles sans lignes qu’on voudrait bien remplir, mais qui se refusent inlassablement à la plume.

Recommencer ailleurs. Une première fois, une dernière fois, une vraie fois. Tout lâcher, comme cette voix qui a dû se murer dans un silence salvateur après l’enregistrement de « the great gig in the sky ».

Ces cris désespérés impriment pourtant une lutte qui ne pourra pas cesser. Personne ne peut t’arrêter Clare Torry, tu déchires l’air de tes notes et assassine les platitudes rencontrées.

Ça fait maintenant trois jours qu’à chaque répétition, tu campes un peu plus mon encéphale. Chaque occurrence enfonce un peu plus les sardines de ta tente entre les bourrelets de substance blanche, excite une révolte qu’il a fallu murer, et me gorge d’espoirs ; si ta tristesse a pu nous offrir tant de beauté, c’est qu’il m’est peut-être possible de sortir d’ici.

Pour l’heure, je modifie mon testament et te laisser l’honneur de figurer sur mon épitaphe : « Clare Torry m’a brisé le cœur ». Il faudra que je fasse plus, que j’y arrive vraiment, que je joue comme toi à pousser la perfection jusqu’aux limites de la grâce dérangeante qui engendre l’illumination. Mais, pour l’heure et bien que la route soit ouverte, mes souliers sont gelés et la foi me manque pour entamer ce périple en vas-nu-pieds.

Pour ceux qui ont lu jusqu’ici, voici une petite récompense : https://www.youtube.com/watch?v=T13se_2A7c8

L'Atelier Noracy

Puisque nous n’avions qu’une demi semaine, une simple consigne à l’origine de ce texte : suivez vos pas, et écrivez là où vous ne pensez pas pouvoir le faire facilement. Pour moi, ce fut sur les sièges, puis les strapontins en attendant puis dans le métro. 


 

La petite horloge électrique m’exaspère. Elle avance à la minute. Sans prévenir. Sans prendre la peine de seconder sa course. Elle ment et allonge ces unités d’au moins trois cents pour cent. Soit c’est ça, soit c’est mon palpitant qui déconne violemment. Les métros trainent toujours la nuit. Les gens ne s’y battent plus. Ils se laissent bercer, s’y préparent à dormir. Ça sent l’encéphale en décélération et l’aisselle harassée. Mon temps a pris de la coke dans ce monde de mous.

Une minute vient de tomber… plus que quatre.

Et ce jeune mec, à la dégaine de type surcontrôlé par des troupeaux de flics, qui me regarde avec un sourire aussi blanc que les carreaux qui tapissent les murs.

Pourquoi les avoir choisis blancs ? A-t-on vraiment besoin que les néons reflètent les taches, les déchets, les mégots, les crachats ? Le mec rigole maintenant, et sans s’en rendre compte, il se touche le poigné gauche. Cette fausse patte, bien qu’amusée par la cadence effrénée de mon bic sur le papier trop rêche, par ces yeux perdus dans le vide qui sautent tous les trois battements vers l’horloge, et tous les neufs vers son émaille de métro, ne peut s’extraire à l’empathique picotement du remplissage de copie double. Il rit franchement maintenant. Toutes dents dehors. On croirait qu’elles vont tomber. Je suis un running gag immobile qui déchaine, chez ce jeune homme, une microépilepsie contrôlée. S’il basculait la tête en arrière et révulsait les yeux, il serait en transe de rire.

Une chute et plus que trois minutes.

Un jeune couple passe devant moi. Ils parlent fort et leurs mots sont secs. Ça sent les reproches réciproques. La vie, implacable, joue une mélodie qui ne se rythme qu’a contre temps de nos rêves. Leurs espoirs, leurs aspirations, leurs promesses n’étaient que du terreau à vers. Ça fait pousser la vie, nourrie, prend soin, aère… Allongée dans une poussette, leur petite plante innocente à l’air perdue. Est-ce qu’on le ressent déjà à cet âge, que l’on n’est que par la putréfaction des rêves parentaux, que nous grandissons en rongeant leurs fantasmes, que nous nous nourrissons de leurs âmes jusqu’à les transformer en extension de la nôtre ?

Une autre glisse, et plus que deux.

La femme quelconque perd ses yeux dans le même flous que le mien et je dois changer de canal, élargir ma pupille pour ne plus percevoir, ni percentendre, ou percetoucher le rouge, les fracas et la froideur d’oniromicides en série perpétré en toute candeur par cet humain de monstre qui l’a fécondé. Elle m’est insupportable, cette jeune femme plantée au milieu d’un océan, en robe de mariée, nageant cent mètres à gauche, deux cents à droit, en ce demandant quel goût ont les cerises. Les vrais, celle qu’elle ramassait petite sous l’arbre de grands-parents rayonnant de s’être fait rongés. Ou peut-être juste heureux de voir leur voleur de sèves s’être fait prendre au piège à leur tour ?

L’avant-dernière tombe, la larme emplissant l’œil de Coré, elle, tient et ouvre, en déformant l’iris, la voie à Perséphone. Il n’en reste plus qu’une.

Plus qu’une et il faudra y rentrer. Ils seront pleins, et vu l’heure avancée, il y aura de la viande soule. Des guillerets, des prostrés, des nostalgiques, des endormis. Tous unis dans l’excès et la nudité. Ils laissent tomber le bouclier, le masque, l’armure. Leurs sentiments tourneront autour d’eux et entreront en moi. Je ne peux plus fermer les vannes. Il faut que je vous laisser passer à travers moi passivement. Je suis une étoile de mer émotionnelle que vous violez à tour de rôle sans vous en rendre compte avec vos idées noires, et vos réalités glauques.

Les zéros clignotent, et les gens se lèvent. Tout le monde se rapproche du bord du quai.

Il est l’heure de se coller aux autres dans la moiteur des cuirs d’automne. Heureusement, il y a un bout du chemin, un but à tout cela. À cinq mètres sous terre, j’arrive. Je me rapproche, dans le vacarme mécanique écrasant le silence humain, et je me concentre. Les sens écarquillés comme une parabole S.E.T.I., je cherche à capter la moindre trace d’une belle pensée, d’une que je connais, d’une en particulier, de mon calmant à palpitant qui m’enveloppe de toute son âme, qui fait baisser la fièvre, et fait déborder mon âme. De celle qui me fait pleuvoir à cascade, qui fait glisser sur nous vos invasions sans les laisser rentrer.

subway_station_by_pauljavor

L'Atelier Noracy

Nous partions cette semaine de l’expression « Pierre qui roule n’amasse pas mousse ».

Pour qui se prend-il Pierre ? À pousser des coups de gueule de sa voix rauque, à me donner des leçons du haut de son mètre soixante. À me croire pushing-ball humain payé 8 balles de l’heure. Il faudrait que j’aime ça ? Que je sois plus « corporate » ? Ton taff crétin accapare déjà mes jours et s’introduit doucement dans mes rêves. Les chiffres de la journée y défilent à l’envers pour pointer mes horreurs. Continue à me postillonner dessus cinq fois par jour, insulte-moi en franglais et relève donc cette trogne cuite que tu descends pour jouer les dominant alors que je suis plus grand que toi même lorsque je suis assis. Recule donc de moi cette haleine de clope mentholé, résidu du léchage de glottes biquotidien que tu entretiens avec Francine, la secrétaire aux ongles parfaits qui passe ses journées à ne rien branler à part ta pauvre nouille pendant que ta femme regarde d’un peu trop prêt votre Médor.

Je les entends tout le temps. Ça ne s’arrête jamais. Ils pensent, ils pensent, ils pensent tous dans ma tête et m’éructent à la gueule dans le monde des idées et se montrent les dents dans notre réalité. Rester là pour passer senior, puis « collab ». Un putain de collabo qui ramèn le sabot pour se faire tondre, une poule de basse cour qui fait tout pour engraisser son maq et lui gratter 3 grains de plus une fois tous les deux ans.

« Faut que ça mousse petit ! Faut que ça mousse dans nos bureaux ! Faut que ça mousse alors ne décolle pas de ta chaise, faut que ça mousse alors ne perd pas le nord. On te laissera deux, trois ans de sud avant la mort. Faut que tu mousses pour qu’on roule dans des usines à moteur. »

Mousse et galère-toi la rate à mettre trois ronds, pour un rêve qui n’arrivera jamais.

Mousse mon petit mousse, et n’oublie pas que tu seras le premier à te retrouver à l’eau quand la tempête grondera.

Mousse et plus tard tu rouleras. Quand on aura sucé toute la sève en toi, tu auras bien le droit à l’errance désolante d’un virevoltant.

L'Atelier Noracy

Point de départ :  « Il n’y a pas beaucoup de monde dans le train de ce jeudi après midi » (Yoko Ogawa), La merFullSizeRender

J’étais parti ce matin de Sens. Sans rire, sans larme ni espoir de retour. Dans la fraicheur d’avant l’aurore, j’étais venu peser sur ses bras une dernière fois…

Ça n’aura pas duré longtemps. À peine quelques semaines. Au début, nous étions gênés, mais c’est normal ! Tous les débuts de sont, au moins un peu… Je me souviens de sa main moite, du calme de son cœur, de la profondeur de ses soupirs. Elle était déjà foutrement jolie. La rencontre d’un triptyque parfait : les yeux bleus vert et le teint slave, les formes et les cheveux méditerranéens et la finesse des traits hindis. Son air gêné lors de notre première rencontre avait caché celui hautain qui gâtait cette divine créature bien trop assurée. Elle savait que personne ne pouvait résister. C’était une briseuse de cœurs, une bouffeuse d’âme, une sorcière

Je comprenais mieux le trac de notre entremetteur ; ses mains moites, elles aussi, son pouls de puncheur qui me bottait les fesses si tentées que j’en ai et sa respiration saccadée : un coup long, deux courts et une suite chaotique parsemée d’apnées.

Il tremblait déjà le soir où par sa plume et suivant l’encre, il m’avait donné l’âme qui m’anime aujourd’hui. Je suis né d’un homme perdu en mer, combattant les vagues de stresse du timide parti se faire peur et affronter son mal houleux, qui s’amuse en démiurge, à lui mettre la tête sous l’eau, à contrôler le rythme de ses poumons.

Quelques mots sur ma page blanche avaient suffi à me faire penser. Quelques mots malhabiles et retenus. Les timides ne sortent pas leurs tripes, même lorsqu’ils sont transis d’amour et qu’ils prennent leur temps pour assembler de leurs mains un livre de poèmes qu’ils n’ont pas su écrire.

Après quelques mois écrasé entre une méthode d’espagnol encore sous film plastique et le presque bois d’une bibliothèque Ikea, elle avait décidé de mettre fin à notre relation. Jeter ce bout d’âme, cette infusion de sentiment amoureux qui lui rappelaient trop, sans doute, qu’elle ne ressentait rien. Je ne lui en ai pas voulu de me balancer dans un carton à la lueur douce d’une ampoule écolo que l’on vient d’allumer. Cette beauté qu’elle portait ne permet pas d’aimer.

Elle m’offrait une dernière balade entre ses bras avec une vue imprenable sur le ciel de Paris. Un bâtiment obscur avec du monde des bips et d’autre bruit signait la fin de cette vie. Une dame m’a occulté comme si j’avais ebola. Elle m’a rendu à ma maudite déesse avant d’accepter tous les autres. « Désolé, on ne reprend pas les livres dédicacés. » : il n’acceptent pas les livres en vies ici, seulement les morts ou les aseptisés.

Sur le chemin du retour, je serrais les pages à chaque poubelle croisée ; notre histoire n’avait pas était belle, et je redoutais cette fin.

Un tiroir de bureau pour quelques heures, une dernière promenade ensuite, et nous voilà retournés à la gare en début d’après-midi. Arrivée dans le wagon, elle m’installe à côté d’elle, mais de l’autre côté du boyau qui se faufile entre les rangées de sièges de voyageurs.

Il n’y a pas beaucoup de monde dans le train de ce jeudi après midi. Le contrôleur annonce l’arrêt Sens, elle se lève, enfile sa veste et me remet debout, comme sur un présentoir roulant à vive allure vers Auxerre.

Il n’y a vraiment pas grand monde dans ce train… J’espère que quelqu’un me ramasser.

L'Atelier Noracy

Texte sur le thème de l’Afghanistan.

Le soleil brûle nos peaux, mais sèche nos tissus et fixe les pigments de nos teintures. Les vois-tu ma fille ? Les pauvres mains de ton père ? Osseuses, harassées par des années de désolation. On dirait des osselets, si bien que j’ai peur, à chaque mouvement brusque, d’entendre mes phalanges s’éparpiller au sol, se confondre avec les pierres. Ces pierres qui nous ont vues grandir, qui allongèrent nos pieds à force que nous les y étalions chaque jour, elles sont les témoins discrets des moindres détails de nos vies.

Elles sont là et bien que tout le monde les voit, personne ne les regarde. Et si je sais qu’elles sont au cœur de la vie depuis le premier de nos pères, je doute qu’elles suivent, qu’elles comprennent la folie galopante des hommes qui fuient le bozkachi pour répandre le sang des hommes. Ce sang transforme l’homme en chien, la haine autophage se gonfle d’elle même.

J’en voudrais presque au vent qui me retint, envers et malgré tout, en ce jour béni de Dieu. Je m’en allais combattre. Défendre notre terre, la teinturerie de mon père qui te reviendra bientôt et les montagnes de pierres où chaque arbre s’élève comme un miracle.

Nous attendions Rami, le cadet des trois fils émoussés par les larmes d’une mère qui essayait, à une ultime reprise, de briser le mouvement, de sauver un des fils qu’elle avait pris tant de soin à élever.

Mon père vint vers Tariq et moi. Les yeux mouillés, gonflés de ces larmes qu’on ne peut laisser couler. Il posa un chèche sur mes épaules : « Tu es sur mon fils ? » J’hochais la tête lentement, les yeux baissés, et ajoutait lâchement lorsque son front toucha le mien, que nos âmes ne pouvaient se voir : « S’il le faut ».

Puis ce fut le tour de Tariq : « et toi, tu es sur ? » « Oui » répondit notre ainé en regardant notre père comme s’il était son fils. Le chèche passa autour de son cou et le serra fort sous l’effet du vieil homme forçant son fils à lui offrir, une dernière fois peut-être, une oreille attentive. Je n’appris que bien plus tard ce qu’il lui avait confié.

J’étais pourtant éveillé. Je ressentais mon sang s’écoulant dans mon corps, le soleil intensifier son poids un peu plus chaque seconde et l’odeur des adieux, recouvrant celles de la peur qui s’était installée dans le village. Mais le vent a soufflé et je n’ai pu entendre.

Le vent a soufflé comme sur la plaine, s’engouffrant dans l’enclave abritant le village pour faire vivre les étoffes et s’envoler mon chèche. Ce bout de chez nous, reçu des mains de mon père, je l’aurai pourchassé n’importe où. J’ai couru comme je ne l’avais plus fait depuis le dernier jeu de cerf-volant de mon enfance : le nez en l’air, les yeux fixés sur les ondulation et retournement du tissu qui virevoltait.

Combien de temps cela a duré ? Jusqu’où ai-je couru ? Je n’aurais pu le dire. J’étais absorbé par la finalité de ma course contre le vent. J’aurais marché hors de la Terre s’il l’avait fallu !

Le vent finit par relâcher sa proie. Lentement, mon chèche retrouva l’horizon et ta mère l’attrapa. Elle me le tendit en fixant mes yeux. Elle faisait aller et venir ses grands yeux verts d’un côté à l’autre de mon nez et cherchait dans mes iris, à savoir qui j’étais. Une statue pétrifiée, une poupée de chiffon incapable de bouger, voila qui j’étais face à ces deux émeraudes.

« — Tu pars à la guerre ?

— Oui… » Son regard jaillit hors du mien, elle fit demi-tour et baissa la tête. « Ne te fais pas tuer et reviens. »

Elle s’avança vers la ville proche, s’interrompit après une dizaine de pas pour déposer l’étoffe qu’elle piégea sous une pierre avant de reprendre sa route. J’ai attendu que sa silhouette disparaisse dans le lointain avant de récupérer ce bout de chez nous que le vent animait toujours.

Je rentrais amoureux, prêt à livrer une tout autre bataille : l’expliquer à mes frères. Tariq cracha à mes pieds. Rami n’a rien dit, mais son envie vacilla comme une flamme sous le souffle d’un enfant. Il tituba pourtant dans les traces de notre ainé.

J’ai été lâche d’amour, à la honte de tes oncles, à la fierté de grand-mère. Parce que ta sainte mère ne voulait pas que je meure et pour toutes les promesses qui émanaient de ses yeux.

L'Atelier Noracy

Aie… un texte court écrit en « speed » que je n’aime vraiment pas à la relecture. Peut-être que je le retoucherai un de ces jours. 

Pour mémoire, il s’agissait de partir d’un souvenir sensoriel d’un de nos professeur.

Dimanche en fin d’après midi, le soleil se faufile entre les ruelles pour se poser sur les pavés montmartrois. Près d’une épicerie, ça sent l’abricot, la figue, le basilic et la banane en fin de vie. Des couples mignons et d’autres — jaunes et ternes — défilent. Des groupes de filles plutôt jolies marchent de démarches qui font virevolter les étoles qu’elles portent, prolongeant chacun de leurs mouvements, accentuant la grâce de leur balade.
La voix grave et bienveillante de mon vieux prof de bio se rappelle à mon esprit : « La vie n’est-elle pas merveilleuse ? » Bien sûr qu’elle l’est mon vieil émerveillé, du moins lorsqu’on arrive à y poser les bons regards.

J’ai mis plusieurs années à le comprendre, et encore aujourd’hui, il faut souvent forcer, lutter contre mes organes, ajuster la visée, se concentrer sur la mise au point et surtout vouloir observer pour capter les trésors qui se jouent sous notre nez.

Pas plus tard que trois pas après cette nuée de volupté, un homme grand et mince ajustant ces lunettes de soleil à la sortie de l’épicerie se retourne pour s’assurer que son jeune fils le suit. Le bout de bonhomme qui ne doit pas avoir trois ans s’inquiète, lorsqu’il retrouve à côté de sa trottinette en plastique bleu celle, rouge d’un autre bambin : « Et si quelqu’un à la même, comment je reconnaitrais la mienne ? »

Après le léger rictus d’un père amusé et attendri, les yeux du grand homme se baissent avec sérieux pour coller à l’anxiété de son gosse : « Une fois à la maison, on collera un sticker (stickeur) dessus. »

Les jeunes sourcils se froncent et ses lèvres se pincent. Concernant la gravité dévolue à cette situation de crise émergée de sa pensée, il joua l’homme sérieux jusqu’à cabotiner un hochement de tête. Après encore deux secondes de réflexion, il releva la tête, coupant la course de son regard se ruant dans le lointain pour essayer de se perdre en vain, pour regarder le verre fumé posé sur le nez de son père. Convaincu, il conclut cet échange d’un : « On va sticker ! ».