L'Atelier Noracy

Avant de commencer, une petite vidéo pour introduire le « concept » de ce personnage créé par Alexandre Astier…

Maintenant, voici le texte sensé être sorti de la tête de cet oiseau là !

 

Personne comprend jamais ce que je dis. C’est pas que je sais pas penser droit, mais ma bouche ne veut pas. Elle bloc sur des mots rigolos quand y’a du monde autour. Je crois que ça s’appelle le press. Comme le truc pour liquider les oranges les matins d’hivers, au petit déjeuner. Moi, quand j’essaie de dire des choses, c’est pareil : je prends mon citron et j’appuie dessus dans tous les sens pour que ça donne quelque chose. Mais y’a rien à faire ; mes idées, c’est des pépins, ça s’y accroche, ça reste en dedans, ça sort jamais.

Non, ce qui sort, c’est ces connards d’animaux qui pu et qui bruite jours et nuit. Ils croquent ou picorent mon sommeil ses baltringues d’empoi/lumés. Le druide y dit qu’ c’est parce que j’dors pas que j’suis bizarre. Les druides, c’est aussi con que c’est barbu. Lui, y m’a lu à l’envers. C’est parce que j’suis bizarre que j’ronque pas la nuit.

Je voudrais bien qu’y soyent à ma place, on verrait si y deviendrait pas « chatrouilleux » si y devaient torcher le cul des poules qui picorent tes rêves la nuit, on verra si y balancent pas des coups de pied dans tout ce qui vit.

Pis les autres, c’est pareil : qu’y essaient de pas pioncer, pis de vivre dans cette tête qu’entent tout le monde penser, mais qui sait pas aligner deux brocs ? Y verraient si il serait pas nerveux, un couteau entre leurs griffes.

ya que Karadoc que j’aime bien. Il est plus con que tout le monde, mais on joue souvent, même si y gagne jamais. Pis avec lui, c’est rare qu’une bestiole finisse la journée sans passer par un fourneau.

Lui, y sort tous les mots qui veux. N’empêche, on le comprend pas. Ça empêche pas que c’est lui et moi qu’allons trouver le Graal…

 

J’espère que la lecture vous a plus, je vous laisse sur une dernière vidéo qui compile quelques répliques (le montage est mal fait, il manque généralement le contexte…)

à très bientôt !

Créativement,

 

 

CN 2015, Quelques infos, Résultats

Bonjour tout le monde,

 

Je suis encore crevé, mais j’ai l’impression qu’il me faut partager cette fin de semaine avec vous à chaud tant elle fut riche.

Je commence mal et pourtant je sens que ça ne va pas s’arranger, alors blinder vous et préparez-vous à un flot de niaiseries…

Vendredi, pour la première fois de ma vie, j’ai tenu un livre dans lequel mon nom était inscrit… Je suis allé le chercher sur un autre continent, lors d’une soirée pleine de belles rencontres et d’émotions. Après une journée de balade dans Casablanca en compagnie de grands voyageurs aux cœurs tendres, toujours prompt à partager l’éclat de leur humanité. Fred, Max et Ayanna, merci infiniment pour la petite visite et pour votre soutien à l’approche de cette soirée qui me stressait bien plus que ce que j’avais imaginé. concours ma vie sur facebook

C’est donc plein rempli de stresse que je suis rentré dans l’Institut français de Casablanca (fort heureusement, Ayanna et Max m’y ont accompagné et m’ont soutenu toute au long de la soirée). L’avant-cérémonie fut un peu compliquée. (M. Astier, pardon pour l’emprunt, mais…) Plus je vieillis, plus je ferme ma gueule… Et dans les soirées mondaines, ce n’est pas forcément le type de comportement qui donne envie de vous approcher.

Enfin, la cérémonie commença, les résultats furent plus précis (puisque nous y avons découvert le nombre de membres du jury [dix-huit au total] ayant approuvé la sélection de chacune des nouvelles lauréats. Nous fûmes ensuite invités conjointement sur la scène pour partager quelques mots sur nos ressentis, sur nos motivations, nos nouvelles.

Je pensais n’y faire que de la figuration, je me suis donc soigneusement calé dans un coin. C’était sans compter les facéties de Karim, qui ne nous avait pas prévenus que nous devrions tous dire un petit mot.

Après quelques mots qui m’auraient fait rougir, si le soleil de la journée ne m’avait pas déjà « cramoisé » la trogne, j’ai donc bredouillé un synopsis devant un parterre vaste de personnes bienveillantes (merci à elles en passant). La règle vingt-huit m’a valu de bons retours (le plus beau et le plus cru venant d’Omar Salim,). J’ai rencontré — sur scène et par la suite — des personnes formidables. Mélanie, Jean, Lounja, Mokhtar, Oumama, Achraf, Adnane, Zahra, Asma, Hakim et tous ceux dont le nom m’échappe en cet instant. Un petit mot particulier pour mon confrère de fin de soirée avec qui j’ai longuement partagé l’euphorie d’une après-cérémonie enivrante ; Éric et ses innombrables mésaventures.

Une fois de plus (et vu que ce site est public, une fois pour toutes) merci à Karim Serraj, Philippe Broc et Guillaume Jobin pour l’organisation du concours et la publication du recueil qui fut notre récompense vendredi.

Je vous laisse la vidéo PowerPoint des résultats, qui contient les noms de tous les lauréats et des membres du jury, ainsi que la biblio des auteurs confirmés.

Je reviendrai vers vous pour un vrai débrief… quand je serai redescendu de mon petit nuage…

goku nuage

Créativement,